vendredi 25 novembre 2005

LOUIS CAMARA : Pour la relance des activités culturelles à Saint-Louis du Sénégal

L'écrivain Louis Camara a déploré la morosité de la vie culturelle qui connait une baisse de ses activités à Saint-Louis, ville ''éminemment culturelle'' qui a longtemps favorisé l'épanouissement des artistes.


''Il devrait y avoir davantage de manifestations tournées vers la culture à Saint-louis, une ville éminemment culturelle'', a estimé l'ancien lauréat du Grand Prix du président de la République pour les Arts, dans un entretien exclusif avec le correspondant de l'APS dans l'ancienne capitale du Sénégal.


''On parle beaucoup de tourisme dans cette ville qui a un passé historique trés riche, mais pour se développer, souligne-t-il, elle devrait s'adosser sur la culture qui est son interface et devrait être le moteur de son développement''.


Le premier élément à valoriser en relation avec la culture est l'architecture qui, a déploré Louis Camara, n'est pas du tout valorisée. ''Il faut éviter de folkloriser la culture'' laquelle ''ne doit pas s'arrêter à l'organsiation annuelle de deux manifestations si grandes et si prestigieuses soient-elles'', a ajouté M. Camara faisant allusion à la tenue du festival de Jazz et des fanals.


''Je parle de cette activité vivante qui doit etre inscrite dans le vécu des habitants qui doivent s'imprégner de leur culture'', a affirmé Louis Camara irrité par le fait que Saint-Louis ne dispose ni d'une salle de cinéma digne de ce nom ni d'un théatre.


Il a ainsi déploré le manque de ''culture vivante'' susceptible de permettre aux touristes d'avoir des espaces pour s'épanouir, aprés avoir fait dans la journée le tour de la ville.


Citant les institutions comme l'Université Gaston berger qui aurait pu jouer un rôle important dans ce domaine, il a estimé que cet établissement ''est comme un appendus de la ville. On ne la sent pas véritablement''. Idem pour le CRDS où il fait ses recherches et qui, selon lui, ''est comme un ilot vague sur le fleuve'' n'entretenant pas de rapports directs avec la ville.


Pour redonner un élan à la vie culturelle, il avait proposé la tenue des journées littéraires de Saint-Louis, mais déplore-t-il, ''personne n'a suivi''. ''Il serait bon par exemple que l'Université s'en empare et l'organise en collaboration avec les écrivains'', a expliqué Louis Camara, non sans déplorer le manque de collaboration des acteurs culturels.

Louis Camara a constaté aussi pour s'en désoler qu'aucun écrivain parmi ceux qui ont consacré leurs oeuvres à la ville ne bénéficie d'un retour d'ascenseur de la part de la municipalité. ''Aucune rue ne porte le nom d'un écrivain'', s'est-il indigné citant parmi ces ''illustres personnalités'' Abdoulaye Sadji, Ousmane Socé, Léopold Sédar Senghor qui a longtemps séjourné dans la ville.
Source: APS 18 Octobre 2005

Articles les plus consultés