jeudi 2 février 2006

FESTIVAL des ARTS NEGRES

Plaidoyer pour ''une vision holistique'' du Festival mondial des arts nègres .... (APS)
- Le ministre de la Culture et du Patrimoine historique classé, Mame Birame Diouf, a plaidé, mercredi à Dakar, pour ''une vision holistique'' du Festival mondial des arts nègres prévu en 2007 au sénégal.

''Il faut avoir une vision holistique du festival'', a notamment dit M. Diouf, insistant sur le fait que ''c'est un festival mondial'' et une opportunité pour l'Afrique de délivrer son message au reste du monde.

Selon le ministre de la culture qui faisait face aux journalistes, l'évènement ne sera ''pas seulement festif'', mais sera l'occasion pour le continent noir de ''s'interroger'' sur ses problèmes d'ordre économique, politique et culturel.

D'où selon lui, le choix du thème de la renaissance africaine.

Alioune B. Béye, coordonnateur général du comité a, de son côté, donné l'assurance qu'''il y aura une ouverture totale'' de la manifestation, à la différence de la première édition à laquelle n'avait pas pris part le Maghreb, pour ''un problème de conception''.

Le rapporteur général de la rencontre du comité d'orientation était un Algérien, a-t-il précisé.Selon lui, le comité international a donné son accord pour qu'un atelier international se tienne à Dakar ou dans un autre lieu, dans deux à trois mois, pour discuter des sous-thèmes du festival avec d'autres intellectuels, sous l'autorité internationale du colloque.

Pour le ministre de la Culture, la manifestation sera l'occasion de réaliser des infrastructures telles qu'un deuxième théâtre national, une école d'archives et une école nationale d'architecture. Le musée des civilisations noires ''va intégrer le festival'', a-t-il ajouté.

Selon lui, les participants se sont mis d'accord sur l'organisation d'''un festival éclaté'' qui concernera des régions du pays dotées d'infrastructures suffisantes pour accueillir les manifestations, ainsi que dans d'autres pays à travers le monde, sous la supervision de l'autorité internationale du festival.

L'hymne proposé par Gilberto Gil a été adopté, a-t-il ajouté, notant que le ministre brésilien a installé des réseaux en Amérique latine dont l'absence de beaucoup de pays avait, selon lui, constitué ''une faiblesse des dernières éditions''.

Exprimant sa ''satisfaction'' quant au travail réalisé, il a noté que la cinquantaine d'intellectuels qui s'est jointe à la partie sénégalaise a retenu qu'une large part sera donnée à la jeunesse et au genre, ainsi que la création de comités sous-régionaux.

Articles les plus consultés