jeudi 1 mars 2007

Me Wade : ''il est insupportable de voir des gens parler de scandales financiers''

M. Abdoulaye WADE
Président de la République
du SENEGAL


Dakar, 1er mars (APS) - Le président Abdoulaye Wade a souligné les ''efforts'' de son gouvernement pour la lutte contre la corruption et la promotion de la bonne gestion des finances publiques, estimant qu'il est ''insupportable'' d'entendre des affirmations sur de supposés scandales financiers.




''Il est insupportable de voir des gens faire des affirmations, parler de scandales financiers, de ceci ou de cela. Alors qu'aujourd'hui au Sénégal, nous avons créé une commission de lutte contre la corruption que n'importe qui peut saisir'', a dit le chef de l'Etat.



S'exprimant jeudi au cours d'une conférence de presse tenue peu après la publication des résultats provisoires le donnant vainqueur de l'élection présidentielle du 25 février, Me Wade a relevé que cette commission, dans laquelle siège la presse, n'a encore jamais été saisie



Il a ajouté que l'opposition qui est représentée à l'Assemblée nationale, ''peut demander la création d'une commission d'enquête'', comme lui il le faisait à l'époque où il s'opposait à son prédécesseur, Abdou Diouf.



''Je pense que s'ils parlent de la corruption, ils devraient aussi parler de ce que j'ai fait pour combattre la corruption. Moi, je veux bien comparer mon action contre la corruption avec l'action de n'importe quel Etat africain et même pays développé'', a poursuivi le président de la République devant plusieurs membres du gouvernement et des représentants du corps diplomatique.


Pour lui, il ne suffit pas de dire qu'il y a la corruption. ''Je ne l'ai pas créée cette corruption. Elle existe depuis longtemps. Elle existe partout, en Afrique, en Europe, aux Etats-Unis'', a-t-il insisté.




''Je crois que ce qu'il faut voir c'est la volonté de combattre la corruption. Je crois que j'ai fait autant ou plus que les autres par la création de cette commission. Deuxièmement, nous avons fait emprisonner huit inspecteurs du Trésor, nous avons poursuivi un Premier ministre (Idrissa Seck, ndlr) pour détournement de deniers publics. Quel pays l'a fait ?''



Le chef de l'Etat a affirmé que son régime est ''un révélateur''. ''Ce révélateur, a-t-il expliqué, n'existe pas dans les autres pays. D'abord, il y a une presse libre, qui peut écrire et qui, parfois même, écrit trop. Ce n'est pas parce que nous révélons les choses qu'il faut nous considérer comme un pays pourri, plus que les autres. Je voudrais qu'on soit juste.''

Articles les plus consultés