jeudi 12 avril 2007

SOLDATS SENEGALAIS AU DARFOUR


Gadio : ‘'nous ne pouvons plus tolérer l'assassinat de soldats sénégalais au Darfour''



Dakar, 12 avr (APS) - Le ministre sénégalais des Affaires étrangères Cheikh Tidiane Gadio a déclaré jeudi à Dakar que son pays va retirer ses soldats, estimés à plus de 500, du Soudan si Khartoum ne mène pas ‘'une enquête complète qui va jusqu'au bout'' pour faire la lumière sur l'assassinat de cinq soldats sénégalais, au Darfour le 1-er avril.

‘'Nous ne pouvons plus tolérer'' l'assassinat de soldats sénégalais dans des situations comme celles qui règnent Darfour, a dit M. Gadio, lors d'une conférence de presse, en présence de plusieurs membres du corps diplomatique accrédité à Dakar dont des représentants de l'Union africaine et de l'Union européenne.

‘'Nous sommes très sérieux. Si dans quelques semaines, la situation ne change pas, vous verrez que nous allons retirer nos troupes'' du Soudan, a menacé Cheikh Tidiane Gadio qui qualifie le Soudan de ‘'pays africain de très grande importance pour nous''.

‘'Partout, dans les théâtres d'opérations où on a besoin des soldats sénégalais, nous avons été présents. Maintenant, il se trouve que nous avons atteint nos limites, au Darfour particulièrement'', a-t-il déploré.

Il a toutefois précisé que ‘'le Sénégal ne se retire pas (du Darfour) tout de suite. Mais (...) si dans les semaines à venir le gouvernement du Soudan n'accepte pas d'être conséquent avec ses engagements, n'accepte pas de comprendre le point de vue de l'Union africaine, le Sénégal ne participera plus à la force de l'Union africaine''.

‘'Nous allons retirer nos troupes. Et nous le ferons de façon solennelle (...), sans état d'âme parce que ce qui est arrivé récemment est tout à fait inacceptable'', a-t-il regretté.

Le chef de l'Etat, Me Abdoulaye Wade, informe les amis de la communauté internationale que le Sénégal ne peut plus tolérer, que dans des situations de tergiversations'', il continue ‘'à mettre ses jeunes, ses soldats dans une situation où ils sont exposés à ce genre de lâche assassinat'', a encore M. Gadio.
Le ministre des Affaires étrangères a toutefois invité l'opinion à ne pas confondre la position du Sénégal vis-à-vis du Soudan à une attitude à l'égard de l'Union africaine.

‘'Le Sénégal ne se retirera jamais d'une force de l'Union africaine. Nous parlons spécialement de la situation au Darfour qui est inacceptable'', a-t-il précisé.

Si Dakar en arrive, un jour, à retirer ses soldats du Soudan, il n'hésiterait pas à les envoyer en mission, le lendemain, sous l'égide de l'Union africaine, a-t-il expliqué.

Le ministre des Affaires étrangères a salué ‘'l'élégance et la compassion'' de l'UE qui a pris part à l'évacuation des soldats tués vers le Sénégal.

La mission de l'Union africaine au Soudan comprend, outre les troupes sénégalaises, des soldats rwandais, nigérians et sud-africains.


Les honneurs militaires ont été rendus aux soldats jeudi, en présence de membres de leur famille.

Le colonel Antoine Wardini, responsable de la Direction de l'information et des relations publiques avec les armées (DIRPA), a dit en substance que ‘'la mission de l'Union africaine doit avoir ses propres moyens''.

Le ministre des Affaires étrangères s'est indigné du refus des autorités soudanaises de voir les soldats de l'Union africaine déployer ‘'des moyens suffisants'' sur le terrain.

Interrogé sur l'éventualité de l'envoi par le Sénégal de soldats en Somalie, Cheikh Tidiane Gadio a déclaré que son pays ‘'est prêt à fournir assistance technique et formation'' aux soldats de l'armée régulière somalienne. ‘'Nous sommes particulièrement attentifs à ce qui se passe'' en Somalie, a-t-il dit.

Articles les plus consultés