mardi 19 juin 2007

FIDH/LMDH - Mozambique/Droits des femmes - Communiqué

Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH)
Ligue mozambicaine des droits humains (LMDH)

Communiqué


Mozambique/Droits des femmes

Les Nations unies appellent à lutter
contre les pratiques illégales à l'égard des femmes


Paris-Maputo, 19 juin 2007 - La FIDH et son organisation membre au Mozambique, la Ligue mozambicaine des droits humains (LMDH) se félicitent des recommandations que vient d'adopter le Comité des Nations unies pour l'élimination de toutes les formes de discriminations à l'égard des femmes (Comité) à l'intention des autorités mozambicaines.

A l'occasion de la 38ème session du Comité, la FIDH et la LMDH avaient soumis aux experts indépendants le composant un rapport alternatif à celui de l'Etat mozambicain, mettant en évidence la persistance de pratiques illégales et discriminatoires à l'égard des femmes au Mozambique, des préoccupations largement reflétées dans les conclusions du Comité (1).

Le Comité s'est en effet dit très préoccupé par la prévalence des violences perpétrées à l'égard des femmes, en insistant sur les violences domestiques encore largement répandues dans le pays. Par ailleurs, il s'est inquiété de l'existence de la traite des femmes dont le corollaire est presque systématiquement la prostitution forcée et la persistance des mariages forcés.

« Ces pratiques traditionnelles légitimées par une vision patriarcale de la société résultent souvent du vide juridique qui les entoure. Ainsi, comme préconisé dans notre rapport alternatif, le Comité a exhorté l'Etat mozambicain à adopter dans les plus brefs délais le projet de loi sur les violences domestiques en insistant sur la nécessaire répression du viol conjugal. Par ailleurs, il a appelé à la promulgation rapide d'une loi réprimant la traite des femmes incluant des mesures de prévention ainsi que des sanctions à l'encontre des responsables. Les experts ont soulevé l'importance d'une réelle prise en compte des effets néfastes des mariages forcés et demandé que soit mis un terme à cette pratique », a déclaré Sophie Bessis, secrétaire générale adjointe de la FIDH.

Les experts du Comité ont également déploré la permanence de discriminations de fait entravant l'application effective des lois censées garantir les droits des femmes. Ils se sont notamment dits préoccupés par la pérennité des mariages précoces et de la polygamie, pratiques pourtant proscrites par le nouveau Code de la famille.

Le Comité a appelé le Mozambique à accroître les efforts visant à développer de vastes campagnes de sensibilisation des populations aux dispositions en faveur des femmes contenues dans le nouveau Code de la Famille.

Enfin, le Comité a insisté sur l'importance de mettre en place des dispositifs visant à faciliter l'accès des femmes à la justice, notamment pour faire valoir leurs droits garantis par les différents instruments de protection des droits des femmes ratifiés par le Mozambique, telle la Convention CEDAW.

«Bien que des progrès législatifs aient été accomplis, les femmes au Mozambique continuent de souffrir de graves discriminations. Il est urgent que le pays mette en place des campagnes de sensibilisation pour informer les femmes de leurs droits. Nous appelons les autorités mozambicaines à diffuser le plus largement les recommandations adoptées par le Comité, et à les mettre pleinement en oeuvre », a déclaré Maria Alice Mabota, Présidente de la LMDH.

Le rapport alternatif est disponible sur le site internet de la FIDH :
http://www.fidh.org/IMG/pdf/mozambique474frconjointfemme.pdf


Contact presse : Karine Appy + 33 1 43 55 14 12 / + 33 1 43 55 25 18 – kappy@fidh.org


(1) Les conclusions du Comité sont disponibles en anglais sur le lien suivant: http://www.un.org/womenwatch/daw/cedaw/cedaw38/cc/Mozambique.pdf
  Karine Appy 
Attachée de presse Press Officer 
FIDH 
+33 1 43 55 14 12 
+33 1 43 55 25 18 
+33 6 68 42 93 47
 www.fidh.org  
 
 
 --------------------------------------------------------------------------------------------- 
Faites un geste pour l'environnement, n'imprimez ce texte que si nécessaire 
 ---------------------------------------------------------------------------------------------

Articles les plus consultés