mardi 5 juin 2007

Plaidoyer pour une gent féminine vertueuse - Par Moussa Nguer (Hann-Plage)

Autres temps, autres mœurs pourrait-on dire au regard des comportements et des tenues qu’arbore si souvent la majorité des Sénégalaises. A dire vrai, on aura du mal à convaincre un étranger débarquant au Sénégal que ce pays est essentiellement habité par des croyants, qu’ils soient musulmans ou chrétiens.

Et pour ne rien arranger, la petite lucarne magique qui arrose tous les soirs nos foyers et surtout certains journaux, dont les directeurs de publication viennent d’être déférés en prison, s’en donnent à cœur joie, montrant la femme sénégalaise sous des traits impudiques. Nous saisissons l’opportunité qui nous est ainsi offerte pour féliciter et encourager les autorités notamment le chef de l’Etat, son gouvernement, le ministre de la Justice, les forces de l’ordre sans oublier les chefs religieux qui ont concouru tous à la fermeture de ces journaux que nous saluons.

Entendons-nous bien. Nous n’avons aucun problème avec la presse sénégalaise dont l’écrasante majorité fait son travail professionnellement et remplit comme il se doit son rôle pour la consolidation de la démocratie. Ce que nous dénonçons, ce sont ces cinq, voire six journaux à tendance exclusivement pornographique.

Ce dont s’émeuvent silencieusement beaucoup de gens. Notre propos ici n’est pas de nous ériger en censeurs ou donneurs de leçons, mais seulement de rappeler que le socle d’une société moralement saine est une femme vertueuse.

Le système éducatif qui est en déliquescence ne joue certainement pas son véritable rôle qui devrait inculquer aux jeunes filles des valeurs morales que nos grand-mères se faisaient un point d’honneur d’intégrer dans leurs tenues, propos et comportements. Idem pour les pouvoirs publics dont l’une des missions devrait consister à protéger la société de certaines dérives pornographiques.

Naturellement, le gros de la tâche incombe à la presse de manière générale. Outre ses fonctions d’information et de divertissement, elle doit éduquer les auditeurs, téléspectateurs et autres lecteurs en mettant aussi l’accent sur les valeurs positives caractéristiques de la société sénégalaise.

La femme occupe une place si centrale dans la famille et conséquemment dans la société qu’on doit la dépeindre et la montrer sous des traits pudiques. La femme ne saurait être un simple objet que l’on présente sous des dehors peu flatteurs. Veillons à ce qu’un consensus national se fasse autour de la décence de la femme aussi bien dans la rue qu’à travers les journaux.

C’est ainsi seulement que nous nous conformerons aux Livres Saints et aux valeurs culturelles qui étaient le fondement de l’ancienne société sénégalaise.

Et cela, pour le bénéfice de nos enfants à qui nous devons offrir des modéles.

Par Moussa Nguer
Hann-Plage

Articles les plus consultés