jeudi 11 octobre 2007

L'ADN des polygames - Par Serge BILIE


 

 

A l'heure où la France cherche à réduire ses dépenses publiques, il est surprenant que ses députés et sénateurs gaspillent l'argent des contribuables dans un interminable débat sur le regroupement familial, dont on connaissait, par avance, l'issue.

Car, que révèleront les tests ADN, qu'on ne sache déjà ? D'abord que « l'homme africain n'est pas assez entré dans l'histoire », d'où son retard ; ensuite qu'il reste, même loin de sa base, un indécrottable «  polygame », d'où les émeutes en banlieues ; enfin que la violence est « culturelle » chez les Noirs, d'où leur incapacité à s'intégrer ; sans oublier qu'il y a « trop de Blacks chez les Bleus », d'où leur défaite à la dernière coupe du monde de football !

S'ils s'étaient dispensés de ce débat, ces parlementaires auraient pu, avec les économies réalisées, enrichir la bibliothèque de l'assemblée nationale et du sénat, voire celle de la présidence de la république, de quelques ouvrages essentiels, pour les aider à combler leurs lacunes sur l'Afrique, dans la perspective des futures lois sur l'immigration qu'ils ne manqueront pas de voter à nouveau.

Ils auraient pu, ainsi, acquérir le récent livre de l'historien anglais Hugh Thomas, La Traite des Noirs, qui rappelle, opportunément, qu'au, Moyen-âge, donc bien avant l'esclavage et la colonisation qui l'ont affaiblie , « l'Afrique de l'ouest travaillait le fer et l'acier comme l'Europe au 13ème siècle avant l'utilisation de la force hydraulique », et que « la plupart des foyers africains avaient des couteaux, des épées, des haches et des houes de ce métal  ». L'évidence même !

Ils auraient pu se procurer, également, les fameuses Descriptions de l'Afrique, du voyageur andalou Léon l'Africain, qui visita Tombouctou, en 1526, et s'enthousiasma pour cette cité florissante et moderne, traversée « par des canaux », servant à recevoir l'eau du fleuve Niger en cas de crue. Un tiers des 70 à 80.000 habitants de la ville était des étudiants « pleins d'ardeur pour la science et pour la vertu ».

Ils fréquentaient l'université de Sankoré, dont le niveau des enseignements n'avait rien à envier aux facultés de Cordoue, Damas, Grenade, ou du Caire, comme en témoigne la surprise d'un lettré arabe, arrivé de la Mecque pour occuper une chaire de droit. «  Il se fixa à Tombouctou et trouva cette ville remplie d'une foule de jurisconsultes soudanais. Aussitôt qu'il s'aperçut que ceux-ci en savaient plus que lui en matière de droit, il partit pour Fez, s'y adonna à l'étude du droit, puis il revint se fixer de nouveau à Tombouctou  ».

Faut-il, par ailleurs, rappeler, que L'Afrique noire connaissait, à cette époque, pas moins de… sept systèmes d'écritures qui, pour des raisons historiques, n'ont pas eu le développement de ceux des peuples asiatiques et européens : les écritures arako et nsibidi du Nigéria, giscandi du Kenya, ou encore mende de Sierra-Leone, pour ne citer qu'elles.

Faut-il, également, souligner, que c'est au Congo, que l'archéologue belge, Jean de Heinzelin de Braucourt, a découvert, en 1950, la plus ancienne calculette préhistorique, connue, aujourd'hui, sous le nom de bâton d' Ishango ? Il s'agit d'un petit os, datant de 20.000 ans av J.C., sur lequel figure une série de nombres, et qui prouve que les Africains maitrisaient les mathématiques bien avant tout le monde.

S'ils s'étaient dispensés de ce débat, ces parlementaires auraient pu, aussi, acheter et lire Voyages dans l'intérieur de l'Afrique de Mungo Park, cet aventurier écossais, qui sillonna le continent noir au xviiie siècle. Il a fourni de précieuses indications sur les connaissances médicales des « Nègres » qu'il rencontra, et qui se révélèrent « meilleurs chirurgiens que médecins », tant ils excellaient « dans le traitement des fractures et des dislocations », savaient guérir les fièvres, par des bains de vapeur, et soigner la cataracte.


La lecture de ces livres, et de quelques autres, montre bien que la période précoloniale fut, pour le continent noir, une période faste, marquée par un bouillonnement culturel, un développement économique et une stabilité politique, incarnés, notamment en Afrique de l'ouest, par trois grands empires, celui de Ghana, de Mali, et du Songhaï, qui égalaient, en puissance, leurs lointains voisins arabes et européens, avec lesquels ils entretenaient des relations suivies. Leurs monarques étaient, d'ailleurs, sur bien des plans, en avance sur leur temps :

Soundiata Kéita fit adopter, au 13ème siècle, une charte des droits de l'homme et du citoyen, la fameuse charte de Kouroukan Fouga, dont l'article 16 stipulait, déjà, que «  les femmes, en plus de leurs occupations quotidiennes, doivent être associées à tous nos gouvernements ». 

Aboubekr II entreprit de traverser l'Atlantique et de rallier l'Amérique, bien avant Christophe Colomb, comme le rapporte l'auteur égyptien du 13ème siècle Al-Omary.
Mohamed Aboubakr créa, dès le 16ème siècle, une armée de métier et un ministère de… l'intégration pour les étrangers, arabes et européens, qui venaient dans le pays.


Il y eut, justement, parmi ces étrangers, un voyageur français, du nom de René Caillié. En route pour Tombouctou, il fit une halte à Djenné, le 11 mars 1828, et découvrit, en même temps que l'hospitalité du lieu, l'histoire de cette île, dont le fondateur, le sultan Konboro, s'était converti à l'islam, au douzième siècle. Il avait, à cette occasion, demandé, expressément, aux oulémas, les docteurs de la loi, de prier Dieu d'accorder au moins deux choses à sa ville.

La première : « Que, celui qui, chassé de son pays par l'indigence et la misère, viendrait habiter cette ville, y trouvât en échange, grâce à Dieu, abondance et richesse, de façon qu'il oubliât son ancienne  ». Et la seconde, encore plus étonnante : « Que la ville fut peuplée d'un nombre d'étrangers supérieur à celui de ses nationaux ».
Ce n'est pas aujourd'hui qu'on entendrait ça !!!


Par Serge BILIE

 
 
 

Articles les plus consultés