mardi 4 décembre 2007

SENEGAL: "Le Réseau Siggil Jigeen déçu par le départ de huit femmes du gouvernement"

Dakar, 4 déc (APS) - Le Réseau Siggil Jiggeen, une association de promotion de la femme, a fait part mardi de sa déception suite au réaménagement du gouvernement marqué par le départ de plusieurs femmes.
''Vraiment on est déçu par ce remaniement. Cela fait moins d'un an, on parlait de la représentativité des femmes au niveau des instances de décision'', a dit la présidente de cette association Yacine Diagne Thioune sur les ondes de Radio Sénégal (publique).
En mettant en œuvre une mesure dite de ''réduction de la taille du gouvernement'' annoncée il y a quelques semaines, le président de la République a limogé mardi 11 ministres dont huit femmes. Le nombre de femmes membres de l'attelage gouvernemental passe ainsi de 11 à 4.
''Nous avons vraiment magnifié la participation des femmes dans la participation de ce gouvernement. Sur les douze, il y a quatre qui restent. L'autre élément, c'est que le président de la République, dans son discours de tout temps, disait qu'il est avec les femmes, il est pour les femmes, il soutient les femmes'', a indiqué Mme Thioune.
Selon elle, la forte réduction de l'effectif féminin dans le dernier réaménagement du gouvernement ''crée des frustrations, et au-delà des frustrations, de l'instabilité institutionnelle''.
La loi votée récemment par l'Assemblée nationale et consacrant la parité des genres dans les instances de décisions dont l'appareil gouvernemental, a-t-elle dit, n'inaugure pas ''une parité effective''.
''Ça a été une parité partielle. Cette parité a été faite dans la précipitation. (...) Et voilà le résultat aujourd'hui'', a commenté Mme Thioune.
''On veut des compétences. Et ce ne sont pas les compétences qui manquent (chez les femmes). Il y a des compétences (féminines) dans ce pays'', a-t-elle ajouté.
''Il faut mener des enquêtes de moralité pour nommer les femmes à certains postes. Et pourquoi pas avec les hommes ?'', s'est-elle demandée. ''Il y a des hommes qui sont dans les ministères. Pourquoi on ne les a pas débarqués ? On se pose la question de savoir s'ils sont compétents'', a-t-elle poursuivi.

Articles les plus consultés