mardi 8 avril 2008

FRANCE - Vandalisme au cimetière militaire Notre-Dame-de-Lorette : 148 tombes musulmanes profanées près d’Arras

Inauguré en 1925, Notre-Dame-de-Lorette, le plus grand cimetière militaire de France abrite un carré musulman qui compte 576 stèles dont près de deux centaines ont été profanées ce week-end.

De loin, cela ressemble à un puzzle. Sur chaque stèle, une grande lettre a été dessinée, grossièrement, avec de la peinture noire. Il faut prendre du recul et regarder l'ensemble pour deviner les messages insultants laissés sur les sépultures du carré musulman du plus grand cimetière militaire de France. «Rachida vient me s…», «Fuck les Rebeux», «Fuck Mahomet»… Une tête de cochon a même été retrouvée sur les lieux. Les gendarmes ont compté 175 inscriptions racistes et profanatoires sur 148 stèles musulmanes.

Dimanche après-midi, une trentaine de gardes d'honneurs de l'Ossuaire, béret sur la tête avaient accroché leurs médailles au veston et passé un brassard autour du bras pour venir constater le «désastre». «Cela fait deux fois (voir ci-dessous) en un an que l'on vient salir la mémoire de ceux qui ont combattu pour la France», s'indigne Robert, dont le grand-père est enterré à quelques mètres de là. Le consul d'Algérie, les représentants du culte musulman, des fils d'anciens combattants, le champlain d'Arras avaient fait le déplacement.

Les maires, les conseillers généraux, régionaux ont ceint les écharpes tricolores pour accueillir le nouveau secrétaire d'État à la Défense, Jean-Marie Bockel, venu «manifester son indignation devant cette insulte faite aux anciens combattants (…) à la demande du président de la République». Dans son agenda, il avait une visite prévue des lieux le 24 avril, pour lancer les cérémonies du 90e anniversaire du 11 novembre 1918. Ce prélude n'était pas au programme. Un avion de la République est venu le chercher à Mulhouse et il a dû écourter son week-end, tant l'émotion suscitée par l'événement était forte.

Situé à une vingtaine de kilomètres d'Arras, Notre-Dame-de-Lorette, avec ses quelque 40 000 tombes, dont 22 500 de soldats inconnus, est le plus grand cimetière militaire français.

RELEVES D'EMPREINTES

C'est sur cette colline que s'est déroulée la bataille d'Artois en 1915. Les Français et les Allemands s'y sont affrontés dans de sanglants combats. Les premiers tentants de stopper la course des seconds vers la mer. Les corps d'autres soldats, tombés dans la région et en Belgique ont ensuite été rassemblés. Un lieu calme, un peu en hauteur avec une perspective de 40 kilomètres sur les terres agricoles du Pas-de-Calais et le bassin minier qui attire selon les chiffres de Michel Sfiotti de la direction départementale des anciens combattants de Lille entre 200 000 et 300 000 visiteurs chaque année.

Dimanche matin, peu avant 4 heures, lorsqu'une patrouille de gendarmerie a fait un passage de routine, le lieu était tel qu'en lui-même. A 8 heures, des randonneurs ont découvert les macabres profanations. Le carré musulman compte au total 576 stèles. Elles sont situées à l'extrémité du cimetière, reconnaissables par leur forme arrondie et leur légère orientation vers l'Est. Un chemin de campagne offre une position de repli à d'éventuels fuyards. Est-ce pour cette raison que l'endroit est à nouveau le théâtre d'une profanation ? Est-ce la proximité de la date anniversaire de la naissance d'Hitler qui justifie ce geste ? La perspective des cérémonies du 90e anniversaire de l'armistice de 1918 ? La section de recherche de la gendarmerie de Lille, qui s'est vu confier l'enquête et la brigade de recherche d'Arras ont procédé à des analyses et des relevés d'empreintes. Les enquêteurs n'écartaient aucune piste, ni celle de groupes organisés de néonazis, ni celle de jeunes désœuvrés. Des photographies aériennes ont été prises grâce un hélicoptère. Des analyses ont été confiées à l'Institut de recherches de la gendarmerie de Rosny-sous-Bois.

Le Figaro

Articles les plus consultés