mardi 13 mai 2008

Discours de Sarkozy à l’Université de Dakar : la responsabilité des autorités sénégalaises indexée

 Dakar, 12 mai (APS) – Les autorités sénégalaises ont leur part de responsabilité dans la ''profanation'' de la mémoire de Cheikh Anta Diop qu'a constitué le discours prononcé le 26 juillet 2007 à Dakar par le président français Nicolas Sarkozy, a estimé l'ingénieur en informatique sénégalais Mansour Guèye.

''Le discours de Dakar est une profanation de la mémoire du parrain de ce Haut lieu du Savoir, Cheikh Anta Diop, grand penseur africain et illustre défenseur des valeurs africaines. Les autorités sénégalaises, qui ont cautionné ce forfait, ont eux aussi leur part de responsabilité'', a affirmé M. Guèye chargé de la promotion de l'ouvrage ''L'Afrique répond à Sarkozy/Contre le discours de Dakar'' paru en février dernier aux éditions Philippe Rey.

Cheikh Anta Diop (1923-1986), parrain de l'Université de Dakar, a, lui, combattu les entreprises de falsification de l'histoire du continent. Il a travaillé sur l'antériorité des civilisations africaines, l'africanité de l'Egypte, etc. Il a notamment publié ''Nations nègres et culture'' (1954), ''L'Unité culturelle de l'Afrique'' (1960), ''Etude comparée des systèmes politiques et sociaux de l'Europe et de l'Afrique de l'antiquité à la formation des Etats modernes'' (1959), ''Antériorité des civilisations nègres : mythe ou vérité historique'' (1967), ''Civilisations ou barbarie'' (1981).

L'ingénieur Mansour Guèye a souligné la responsabilié des autorités sénégalaises dans la venue de Sarkozy à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar lors de la cérémonie de lancement et de dédicace de l'ouvrage écrit par 23 intellectuels du continent et de sa diaspora organisée récemment. La manifestation a eu lieu à l'amphithéâtre UCAD II de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Au cours de la même cérémonie de lancement, l'historien sénégalais Babacar Diop Buuba, un des auteurs du livre-réponse, a laissé entendre que d'après des informations dont il a pu disposer, Nicolas Sarkozy était annoncé à l'Assemblée nationale avant de venir prononcer son discours à l'Université Cheikh Anta Diop.

Il n'était pas question que l'hémicycle serve à rehausser l'image ou à faire la promotion du président de l'Assemblée nationale sur fond de querelle entre les pouvoir exécutif et législatif sénégalais, a affirmé Buuba Diop pour qui l'attribution du grade de Chevalier de la Légion d'honneur française à Macky Sall (président de l'Assemblée nationale) est venue confirmer cette hypothèse.

Babacar Diop Buuba a par ailleurs posé le débat sur l'autonomie de l'institution universitaire –- financée en grande partie par l'Etat — vis-à-vis du pouvoir.

Dans son discours prononcé à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sarkozy affirmait notamment : ''le drame de l'Afrique, c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'Histoire (...) Le paysan africain (...) ne connaît que l'éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles".

''Assis aux premiers rangs, des membres du gouvernement, le président de l'Assemblée nationale et des députés ont applaudi, en longueur, le crime que Nicolas Sarkozy était en train de commettre sous leurs yeux'', a rappelé Mansour Guèye qui a déploré le ''manque de lucidité dans le jugement immédiat'' des officiels invités à écouter Sarkozy à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar.

''Quel manque de patriotisme ! Quelle dissymétrie dans les relations diplomatiques !'' s'est exclamé M. Guèye estimant que cette réaction ''incompréhensible des « officiels » sénégalais a certainement conforté le Président français au point qu'il s'est permis certaines envolées lyriques de mauvais goût''.

L'ingénieur a dit qu'il espérait ''très sincèrement'' que ce livre, L'Afrique répond à Sarkozy, ''sonnera le réveil définitif des Africains et de ses intellectuels''.

''En tout cas, les ingrédients sont là pour nous donner des raisons d'espérer. Je n'ai pas souvenir dans l'Histoire qu'autant d'intellectuels (23) acceptent de travailler tous ensemble et de manière spontanée sur un même sujet et produisent une œuvre aussi pertinente et sans complaisance aucune'', a-t-il expliqué.

Il a ajouté que ''lorsque les intellectuels africains tirent tous dans le même sens, l'Afrique avance à pas de géant et les Africains retrouvent leur fierté et leur énergie''. ''Il est impensable, a-t-il estimé, que les intellectuels africains, et plus particulièrement les 23 co-auteurs du livre, s'arrêtent en si bon chemin. Ils ont le devoir d'assurer le service après-vente de ce livre et d'investir les médias français, africains et tous les lieux de débat pour expliquer ce renouveau du débat sur l'Afrique.''

''Lorsque les intellectuels s'impliquent et ne renoncent pas au combat pour défendre des idées, ils sont capables de réveiller la conscience des citoyens. Le drame actuel de l'Afrique, c'est aussi l'absence de débat sur les enjeux véritables du continent'', a-t-il dit.

Pour Mansour Guèye, ''il est absolument nécessaire que réagissent en pensée et action tous les citoyens africains, y compris les intellectuels, pour reconquérir la parole et ne plus laisser les non-Africains parler à la place des Africains''.

''J'appelle aussi de mes vœux un engagement massif des intellectuels à côté des populations et une implication réelle dans le débat national de leurs pays respectifs, pour redonner aux populations davantage de raisons d'espérer'', a-t-il conclu.

Publié sous la direction de Makhily Gassama, ancien ministre sénégalais de la Culture, le livre ''L'Afrique répond à Sarkozy'' réagit au discours prononcé le 26 juillet 2007 à Dakar par le président français Nicolas Sarkozy.

L'ouvrage va au-delà et dénonce le système d'exploitation et de domination qui maintient encore la plupart des pays africains encore sous tutelle occidentale, près de 50 ans après les indépendances, ainsi que le racisme anti-noir qui le sous-tend. L'intégralité des droits du livre est reversée à la bibliothèque de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar.
 
 
ARCHIVES SEMEtt ou l'étincelle noire***

lundi 30 juillet 2007

DISCOURS DE SARKOZY A DAKAR ... UNE INSULTE A LA RE-NAISSANCE AFRICAINE

Veuillez cliquer sur la photo ci-dessous pour lire le discours ou du moins les délires de Sarkozy à Dakar

Articles les plus consultés