samedi 9 août 2008

10 ans du journal Lasli Njëlben : Mame Birame Diouf encourage le développement des langues nationales

Le ministre de la Culture, du Patrimoine historique classé, de la Francophonie et des Langues nationales, M. Mame Birame Diouf, a lancé à la Maison de la Culture Douta Sec, un panel commémoratif des 10 ans du mensuel Lasli Njëlben, édité en wolof et en pulaar.

 

 

 

Cette rencontre a été l'occasion d'investir le thème de la « problématique de l'introduction des langues nationales : enjeux, résultats, acquis, ligne d'action pour le futur ».

Le journal « Lasli Njëlben » mensuel d'information édité par Seydou Nourou Ndiaye, en Wolof et Pular pour un tirage de 3000 exemplaires, est pour le ministre de la culture Mame Birame Diouf, une preuve de l'engagement de certains hommes à faire la promotion des langues nationales.

Selon le ministre, les gens doivent comprendre que « les langues sont un levier très importants, chacun doit s'en approprier et en même temps faire de sorte que les enfants éduqués dans les langues occidentales puissent l'être également dans les langues nationales ».

Dans leur politique de promotion des langues, les responsables du journal « Lasli Njëlben » ont initié plusieurs activités, de concerts avec des partenaires, pour permettre entre autres, la formation de plusieurs jeunes aux techniques rédactionnelles en langues nationales. Pour M. Mbaye, représentant les amis de Lasli Njëlben, « l'aide à la presse qui nous revient à chaque fois est très minime ».

Très commercialisé dans les zones rurales, ce journal dont le titre signifie littéralement commencement en Pular et en Wolof, participe selon M. Seydou Nourou Ndiaye, directeur de publication, « à informer sur l'actualité , ces populations rurales qui ne savent pas lire le français ».

En griffonnant ses impressions sur le livre d'or de cet anniversaire, le ministre dira toute sa gratitude et tout son respect pour les personnes qui se sont tant battues pour maintenir haut le flambeau des langues nationales.

Il ajoute que l'Etat « depuis 1972, a fait beaucoup de progrès dans l'assouplissement des décrets concernant le découpage des mots en langue nationale et aussi l'introduction de ces dernières dans le cursus scolaire ». Il a en outre décerné une mention spéciale à tous ces instituteurs qui ont fait sienne ce combat en commençant à dispenser des cours de Wolof, Pular et d'autres langues à leurs élèves.

Amadou Maguette NDAW
Le Soleil

 

Articles les plus consultés